Chloe Dubreuil

Tue-moi

Dans un champ de blé, un bébé vient de naître, sa mère à ses côtés, morte, une statuette de bois dans sa paume entrouverte.

Le nouveau-né est découvert, recueilli, aimé par un couple de saltimbanques.

Enfant devenu femme avec le drame de sa naissance pour obsession, Zahra part à la recherche du père, celui qui n’était pas là. Un père, devenu l’objet d’une valse entre amour et déraison ; objet d’une quête originelle nécessaire, pour une rencontre, ultime.

Tue-moi met en scène avec une écriture âpre, nuancée de poésie, l’idée de vengeance qui bouleverse tout. Toutes les lois du cœur, toutes les retenues de l’âme.

Le blog de Promenades culturelles a dit:
https://promenadesculturelles2.wordpress.com/2017/11/21/tue-moi-chloe-dubreuil/

« Chloé Dubreuil sort des sentiers battus en nous présentant ce livre, à mi-chemin entre roman noir et thriller. Nous ne sommes pas ici dans quelque chose d’historique.

Le titre peut déjà nous faire concevoir une histoire peu banale… et les gros nuages sur la couverture sont symboliques de tout ce qui peut venir obscurcir une vie, ce qui est bien le cas ici.

Lorsqu’une famille de nomades découvre dans un champ une femme morte en couches et son bébé à côté, leur instinct familial les pousse à adopter cette petite chose qui n’a rien demandé et qui commence sa vie ainsi, dans la boue. Là encore, on pourra y voir un présage. Mais comme souvent chez les enfants adoptés, la recherche de ses racines est plus forte que tout, quitte à détruire…

J’ai lu ce livre sans m’arrêter, ou à peine. On peut dire que Chloé Dubreuil sait ménager le suspense. On souffre avec la famille adoptive, avec Zahra. On veut savoir nous aussi, coûte que coûte. Je ne m’attendais pas du tout à ce dénouement, qui m’a laissé un sentiment de malaise car, sans rien dévoiler, on peut dire qu’il est peu conventionnel (ouf, heureusement !), que ce soit dans la vie réelle ou dans les habitudes que nous avons lorsque nous lisons un roman de ce type.

Tout ceci vous intrigue ? Vous savez donc ce qu’il vous reste à faire… »

« On s’assoit et on ouvre le livre, aux premières pages, on se doute que la fin sera tragique, alors on s’installe, tranquille, on va chercher un verre, on continue, on rentre dedans, les descriptions si réalistes font en sorte que l’on est immergé totalement dans l’histoire, on ressent et on imagine les situations.
Au fur à mesure des pages cela s’enchaîne, s’accélère et puis la FIN, dure, impensable, je n’osais y croire ou je ne voulais pas y croire… » – Gilles google

L’Esprit du Graal

Début du XIIe siècle, le monde ne sera plus le même…

En Palestine, Jérusalem est tombée aux mains des croisés. Deus vult, Dieu le veut, la terre se déchaîne, une mer de sang ravage la région. C’est dans ce fracas des armes, ce tumulte des cœurs qu’Onfroi de Saissac, obscur chevalier occitan, va se voir confier une mission pareille à nulle autre : emporter dans le Midi de la France où est une Pure est née, où de Nouveaux Chrétiens espèrent apporter la lumière aux hommes le Graal parmi les graals. Mais dissimuler et protéger la Pierre de Vérité de la furie et de la convoitise des plus exaltés est un chemin semé d’embûches.

Tant de destinées vont se mêler et se confronter… Tant de personnalités vont se révéler jusqu’à se perdre parfois. Autour d’Onfroi de Saissac, la frondeuse Asseline, qui se rebelle contre sa condition de pucelle ; Raoul de Montady, prêtre et sicaire du Christ égaré dans les limbes de sa foi ; Muriette, l’enfant prodige, Élue de Dieu, agneau voué au sacrifice…

L‘Esprit du Graal est un roman à l’atmosphère épique, quête de vie et de sens dont les péripéties nous transportent d’un côté et de l’autre de la mer avec la passion de la grande et de la petite histoire. Construit comme un thriller, richement documenté, magnifié par des personnages à l’identité forte, il nous dévoile une période pleine de bouleversements : celle de la première croisade en Palestine, de l’émergence du catharisme en Occident, de la naissance des Templiers au Levant.

Chronique: « Mes promenades culturelles » – blogdelydia.canalblog.com/

« J’ai pris mon temps pour lire ce roman car je ne voulais pas risquer de passer à côté de quelque chose. Les fêtes achevées, la famille partie, l’appartement rangé, me voici donc à nouveau le nez dans les livres. Et comme vous le savez, je ne résiste jamais, faible que je suis, à l’appel du Moyen Âge. Rien que le titre est déjà un enchantement, la couverture, une évasion… Si l’on me cherche, je suis en voyage, destination le XIIe siècle, entre Jérusalem et Carcassonne. Merci de ne me déranger sous aucun prétexte !

Attention Pépite ! Et je vous assure que je pèse mes mots ! J’ai été littéralement happée par le vortex stylistique de Chloé Dubreuil qui n’a pas son pareil pour nous faire vivre des épisodes historiques ou pseudo-historiques. Âmes sensibles, vous allez vous endurcir ! Sur certains points, le monde médiéval est âpre. On ne fait pas dans la dentelle… Et quelques instants, relatés comme si on y était, font froid dans le dos. Je pense notamment à l’exécution par le pal du seigneur de Montady devant Raoul, son fils de neuf ans… J’en ai encore la chair de poule ! Ajoutons à cela le récit d’une émasculation partielle… On n’y va pas de main morte ! Mais pour compenser toute cette violence, on a aussi de beaux moments. L’instant où Asseline « devient femme » est d’une splendeur ! Bref, on tourne les pages fébrilement, on a hâte de savoir ce qui va se passer… L’atmosphère ésotérique vous prend et ne vous lâche plus !

Et ce final ! Éblouissant ! Mais dites-moi un peu, Dame Chloé, n’auriez-vous pas été conteuse ou poétesse dans l’ancien temps ? Bon, je pense que vous l’aurez compris, j’ai adoré ce texte qui ne ressemble à aucun autre. Je suis toujours surprise (dans le bon sens du terme) par les écrits de notre romancière et j’en redemande ! »

SYNOPSIS:

1099, Jérusalem. Tandis que les soldats de la première croisade investissent la ville, le chevalier Jean de Mareuil répond à l’appel d’une Voix qui va le mener dans les soubassements du Temple et lui montrer ce que sera l’avenir de l’Homme. Telle est dès lors la prophétie de l’An Mille.

Au même moment, en Occitanie, un jeune garçon, Raoul de Montady, assiste à la mort de son père, empalé vivant dans sa tombe, la bouche bridée de fer, parce que sa mère et leurs villageois pensaient leur seigneur voué à l’astre nocturne.

Sept ans plus tard, par une nuit de la Saint-Jean, alors qu’une comète balaie le ciel de Castres, Asseline, fille d’artisan, aide à donner naissance à l’enfant de sa chambrière. La fillette aux yeux d’émeraude porte sur sa chair la marque de Dieu : sept sceaux signifiant l’imminence d’un monde nouveau…

L’enfant sera l’Élue, celle qu’attendaient les Gardiens de la Pierre de Connaissance tombée du front de Lucifer, Graal parmi les graals gardé dans un temple secret aux côtés de l’Arche d’Alliance et que le chevalier Onfroi de Saissac va avoir comme mission de mettre à l’abri dans le Midi de la France. Car la terre d’Israël va être livrée au chaos, il n’y aura plus de siècle béni pour elle ; le Graal doit être préservé de la furie des hommes.

Mais l’adversité noue ses liens avec la quête d’Onfroi. Initié à la Confrérie de la Vierge, le sire de Saissac va se voir opposé dans sa mission à Hugues de Payns et ses chevaliers du Sépulcre qui espèrent après l’Arche d’Alliance. Raoul de Montady, devenu prêtre, habité par sa foi, obsédé par l’idée de mort, se fera sicaire du Christ et auxiliaire du fondateur des Templiers en Occitanie pour débusquer la menace qui pèse contre son Église.

Afin de préserver le Graal et parce qu’il doit identifier l’Élue avant de l’unir à la Pierre, Onfroi de Saissac refonde un temple caché dans les tréfonds du Pech de Bugarach. Sept nouveaux membres devront être choisis pour se préparer avec lui au jour de la confrontation avec leurs ennemis. Asseline, qui apprendra être la fille d’Onfroi, quittera définitivement sa condition de femme pour devenir un fin archer à ses côtés. D’autres compagnons s’associeront à eux et notamment le conteur Tancrède Perlesvaux, beau blondin qui réconciliera la damoiselle avec l’amour et aidera la Confrérie à retrouver l’enfant aux yeux d’émeraude.

Tous seront confrontés à la souffrance et aux durs revers de l’existence avant de se révéler dans leur quête. Mais aucun n’y risquera autant sa raison que Raoul de Montady. Et même si l’Infidèle Marie, venue avec lui d’Outre-mer, saura lui montrer que les tourments de l’âme peuvent être adoucis par les exaltations de la chair, le prêtre finira par tuer celle qui aurait pu le sauver et se détourner de ses semblables pour ne plus avoir qu’un but : détruire la Pure qui parle à l’oreille des Bons Hommes, ces Nouveaux Chrétiens auprès desquels elle aura grandi.

Roman d’aventures, L’Esprit du Graal associe avec passion petite et grande histoire et nous fait découvrir d’un œil nouveau une période pleine de bouleversements : celle de la première croisade en Palestine, de l’émergence du catharisme en Occident, de la naissance des Templiers au Levant.

PROLOGUE:

Jérusalem, juillet 1099

Je vois et je sais, Seigneur…

– Je vois et je sais, répète en bredouillant Jean de Mareuil avant de tomber à genoux.

Ses mots se répercutent d’une paroi de pierre à l’autre et la lumière surnaturelle qui l’a submergé disparaît soudain, le laissant orphelin au milieu des ténèbres.

Le chevalier s’est aventuré jusque dans la bouche de l’Enfer et ses yeux ont découvert dans le Ciel ce qui sera et il a franchi l’espace et le temps d’un seul pas. Maintenant, que la volonté de Dieu soit faite : il devra proclamer ses visions à ses pareils, ouvrir les vannes de l’apocalypse.

– Mais quand ton royaume s’instaurera-t-il, Seigneur ?

Le murmure de l’homme reste suspendu un long moment dans l’air humide avant de retomber. Le lieu semble alors se rétracter jusqu’à vouloir étouffer le chevalier en son sein.

À genoux toujours, de Mareuil serre fébrilement la bande de cuir qui ceint la soie de son épée et tend l’oreille. En dehors du trottinement des rats, le silence est obsédant. Plus de fracas ni de gémissements. Le rythme du tambour et les alléluias… Le déchaînement du ciel et de la terre… Et la marée d’hommes, de gargouilles et de monstres ; des corps d’hommes à gueule de monstres ! Et ce déluge de foutre et de sang. Jusqu’à ce que l’univers ne soit plus et que de ce néant naisse l’homme-dieu.

Jean est seul dans le bas-ventre du Temple. La torche qui l’a conduit en ces profondeurs s’est éteinte, mouchée par le souffle du Très-Haut. Il est seul, mais un regard suprême persiste en lui et celui-ci le guidera dans le dédale des galeries pour le ramener à la surface du monde, dans ces rues et sur ces places où, comme en prélude à sa prophétie, s’amassent têtes et corps. D’hommes, de femmes, de vieillards, d’enfants – arbre et graines détruits ; tous Mahométans qui ont couru, affolés et hurlant, qui ont été débusqués, traînés tels des rats hors de leur repaire.

En cette fin de onzième siècle, la croisade du Pape et de ses Barons a cueilli ses fruits : Jérusalem est tombée, l’assaut a été sans pitié. Au bout de quarante jours à peine, la cité sainte s’est rendue et les Infidèles qui la peuplaient ont été punis de leurs outrages. Tous occis, passés au fil de l’épée, parce que le jugement de Dieu, juste et admirable, veut que ce lieu reçoive le sang même de ceux dont les blasphèmes l’ont si souvent souillé.

L’on a pataugé jusqu’aux chevilles dans une rouge mélasse. Écuyers et hommes de pied, pèlerins et moines ont raflé l’argent, pillé les maisons, fendu le ventre des notables pour arracher de leurs entrailles les byzantins d’or, les bijoux et perles que ces derniers avaient avalés, croyant ainsi les sauver. Même les Juifs déicides n’ont pas été épargnés !

Et maintenant clercs et laïcs croisés prient, pleurent de joie au pied du tombeau du Christ tandis qu’au-dessus de Jérusalem, une complainte effrayante leur fait écho : le chœur des corbeaux qui voile déjà de noir la sainte cité.

Ô temps si ardemment souhaité, ô temps mémorable entre tous les temps.

Ô événement préférable à tous les événements, que les cendres de l’Islam soient répandues aux quatre vents !

De grandes fumerolles montent dans le ciel. Le cœur de quel dieu saigne ?

Fortunae

Fin du IIIème siècle. L’Empire romain est à l’aube d’un nouveau souffle, un monde en pleine mutation s’esquisse.
« Vive les Bagaudes, à bas Rome ! » crient les plus humbles dans le nord de la Gaule. Voici venu le temps de la rébellion, elle sera pleine de fureur et de sang. Tandis qu’aux portes de Lutèce, de nombreuses âmes suivent son sillage, aux marges de l’Empire, Dioclès, Commandant de la Garde impériale et futur Dioclétien, lutte pour accéder au pouvoir suprême.
A des milles de là, dans l’enceinte de la Ville la plus sacrée d’entre toutes, d’autres destinées se nouent : Albius Flaccus, jeune verrier au faîte de son art, se voit subitement contraint à l’esclavage. Le cœur de la clarissime Aleydis s’exalte pour son idéal chrétien. La muette Svenhild, autrefois discplie d’une prêtresse franque, aujourd’hui funambule d’une troupe de saltimbanques, se voit assurée par la voix de ses runes que l’amour et la liberté croiseront son chemin.
Mais les dieux sont joueurs, et s’ils faussaient le jeu pour mieux nous surprendre ?

Fondé sur des recherches rigoureuses, Fortunae fait partie de ces romans qui nous font découvrir avec passion des épisodes oubliés de la grande histoire de l’Empire romain.

Chloé Dubreuil anime des ateliers d’écriture et cours d’expression écrite en médiathèques, lycées et universités à Lyon où elle vit et écrit. Auteur de plusieurs ouvrages (romans, nouvelles, monographie),

Fortunae – De pourpre et de cendres est son troisième roman historique après Le temps d’Uranie et Yéshoua – Au nom du Fils.

 

Chroniques sorties autour de Fortunae:

http://blogdelydia.canalblog.com/archives/2016/02/20/33376385.html
« Passionnant ! Je me suis laissée emporter dès les premières pages dans cette histoire reprenant la grande, avec un grand H. Je ne connaissais pas les Bagaudes, ces bandes révoltées constituées de paysans gaulois et d’esclaves, qui firent trembler Rome et son empire.

Je ne ferai pas de résumé, la quatrième de couverture étant suffisamment complète. Je préfère m’attarder sur le style de Chloé Dubreuil. J’avais déjà apprécié sa plume dans Yéshoua, au nom du fils, roman sublime, original dans lequel le narrateur n’était autre que Jésus lui-même. Non plus l’entité que nous connaissons mais l’être humain, cette image de lui qui nous échappe au fond. Ici, c’est dans un tout autre registre que je la retrouve, toujours avec le même plaisir d’ailleurs. Je reconnais sa « patte ». Il a dû lui falloir des heures et des heures de travail pour s’approprier l’Histoire antique et, ce qui est fabuleux, – et qui me passionne toujours dans les bons romans historiques -, c’est que l’on ne « subit » pas un enseignement. L’écriture est si fluide que l’on se régale de tourner les pages, apprenant sans s’en rendre compte, tout un pan du patrimoine. Elle a su fondre les événements historiques dans son texte, tant et si bien que, sans la précision au début de l’ouvrage, nous ne reconnaîtrions pas les personnages réels des fictifs. Et c’est toujours le point d’achoppement, à mon sens, déterminant la réussite.

Que dire de plus ? Je crois que vous avez compris à quel point je me suis passionnée pour ce livre que je vous recommande absolument. »

Fortunae – De pourpre et de cendres…
« Si vous aimez l’histoire, si vous rêvez de connaître de l’intérieur l’Europe du III° siècle, alors je vous recommande Fortunae.

Les empereurs Carin et Numérien ne sont plus. Dioclès leur succède, mais la passation du pouvoir n’est pas aisée ; le nouvel empereur a des réformes en tête, ce qui ne plait pas à tous les patriciens. Pendant ce temps, Albius Flaccus Ravilla, jeune romain verrier, se voit brusquement vendu comme esclave par son oncle qui doit éponger ses dettes. Il échoue dans le domaine du clarissime Titus Volutianus Tertius auquel il doit deux années de sa vie. La fille de celui-ci, Aleydis, secrètement convertie au christianisme, tombe amoureuse d’Albius et espère s’unir à lui à sa libération.

Le lecteur suit l’histoire de l’Empire romain à travers l’histoire de ces différents personnages, auxquels il faut ajouter Svenhild, ancienne disciple d’une prêtresse franque devenue muette et, loin de Rome, Atuo le gaulois qui s’engage dans un groupe de brigands, les Bagaudes.

Quel lien les unit les uns aux autres ?

A l’aube de son déclin, l’Empire tremble sur ses fondations. Ses frontières sont difficiles à garder, au sein des peuples soumis gronde la révolte. Les luttes pour le pouvoir, dans toutes les strates de la société, sont sans pitié. La mort rôde. Elle fait peur, elle est une compagne fidèle sur laquelle chaque individu sait devoir compter, qu’il soit patricien, homme du peuple, esclave, gueux des provinces soumises ou soldat.

Si les luttes de pouvoir ont traversé les siècles et passionnent tout autant nos générations actuelles que celles de nos ancêtres, certaines difficultés inhérentes à l’immensité d’un pays de l’Antiquité n’existent plus aujourd’hui. A commencer par la communication. Chloé Dubreuil a fait un immense travail de recherche pour écrire Fortunae. Le lecteur découvrira la vie de Saint-Sébastien avant qu’il ne soit transpercé de flèches, apprendra les remèdes d’antan pour panser les blessures, aura une vision de la résistance à la souffrance de nos ancêtres, ira à la rencontre des Bagaudes… La minutie des détails est fantastique. A l’aide d’un vocabulaire riche, presque technique, Chloé Dubreuil s’est attachée à reconstituer un univers qui projette le lecteur deux mille ans en arrière. J’ai vu dans le développement des différents personnages un réel intérêt historique. En revanche, mise parfois en difficulté face à un vocabulaire difficile, j’aurais apprécié un lexique à la fin de l’ouvrage : il m’aurait permis de mieux comprendre la finesse de certains détails que je ne suis pas sûre d’avoir savouré à leur juste niveau.

La lecture de Fortunae pendant mes années lycée m’aurait aidée à saisir l’âme de cet empire et les difficultés de le maintenir à flot. A proposer à nos lycéens latinistes ? »

 

Extrait:
Depuis des temps immémoriaux, la parque Decima ne se lasse pas de disposer le fil sur le fuseau des destinées humaines. De ses amours avec Jupiter, le meilleur, le plus grand, ne pouvait naître qu’une reine au cœur inconstant.
« À toi donc, Fors Fortuna, déesse Fortune qui fais trembler les empereurs sous leur pourpre et s’incliner devant ton front d’airain des nations toutes entières, le droit de changer en deuil d’éminents triomphes ou d’élever des mortels de la condition la plus humble aux plus hautes gloires. »

*

Rome,
19 mars de l’année 284 sous les empereurs Carin et Numérien.

La rumeur de la plèbe ne se fait plus entendre, le jour et son dôme de nuages gris s’est évaporé ; il n’est plus question de lumière et de vie dans les entrailles de Rome. Le monde est noir, cerné par une puanteur sans nom. Noir et brumeux comme les marais du Styx. Que dissimule-t-il ? Un peuple de misère, des charognes soumises à l’appétit des rats. Albius n’aurait pas dû s’aventurer dans le Grand Egout de la ville, il n’aurait jamais dû croire que son oncle pût avoir échoué là.
Il défaille – l’odeur est insupportable -, se plie en deux pour vomir sa répugnance, ce qui éteint aussitôt la chandelle de sa lanterne. Lorsqu’il se redresse, les ténèbres lui font pousser un geignement qui se répercute sous les hautes voûtes de pierre. En tâtonnant, il réussit à trouver dans sa besace un bâtonnet soufré qu’il allume en le frottant contre le silex rangé dans son briquet. Il l’avance vers la mèche de sa chandelle. Un soupir de soulagement lui échappe. La lueur qu’elle dispense est maigre et cependant suffisante pour lui permettre d’avancer sans crainte de frôler l’un des sales rongeurs qui infestent les lieux.
Le clapotement de l’eau chargée d’immondices atténue si peu le silence oppressant… Albius Flaccus Ravilla se retourne un instant pour regarder les marches qu’il vient de descendre, luisantes d’humidité comme l’air qu’il respire. Il peut encore faire demi-tour, remonter à la

surface, pousser discrètement la grille qui s’ouvre sur le Forum et rentrer mettre à chauffer le four, tailler les blocs de verre. Il pourrait le faire, mais qu’adviendra-t-il de lui sans son oncle Vestorius à ses côtés ?
Il doit savoir si le maître verrier a réellement rejoint les mânes de leurs ancêtres. N’est-ce pas ce qu’a suggéré le tavernier auprès duquel l’artisan prend habituellement ses paris ? Le Thrace suit de près les affaires de ses clients et pour lui Vestorius ne s’est pas comporté comme attendu. Des messages ont été adressés aux comptoirs de la rue des Argentiers, l’un des tessons de poterie est revenu marqué d’une lune noire, funeste.
Par Poros, à quel expédient as-tu été conduit, mon oncle ?
Albius resserre les doigts sur le bâton dont il a pris soin de se munir. Il ne s’habituera pas à l’âcreté des lieux, elle lui picote les yeux, le fait haleter, mais après une nuit de veille, il a pris sa décision et il s’y tiendra. Cinq jours sont passés sans que son oncle ne réapparaisse. Cinq jours à attendre dans l’inquiétude, avec le pressentiment d’un bouleversement à venir. Il semble bien cette fois que les usuriers de Vestorius aient perdu patience…
Le Romain se fige. La clarté vacillante de sa lanterne ne lui a pas permis de l’apercevoir plus tôt, mais un corps boursouflé est étendu à dix coudées de lui. Les yeux gris pâles se plissent, le fin visage se tord. Sans même s’approcher, il devine que le corps n’est plus qu’un cadavre ; l’odeur de putréfaction qui s’en dégage ne laisse planer aucun doute.
Albius avance d’un pas, les jambes tremblantes ; les rats sont déjà à l’œuvre. La nausée s’invite de nouveau en lui, il a un hoquet, place vivement une main devant sa bouche avant d’expirer longuement, à petits coups hachés. Il ne tiendra pas longtemps dans ce cloaque.
Sur combien de chevaux Vestorius a-t-il encore parié ? Sa rage à manier ses monnaies l’a perdu de réputation, a fini par lasser la Chance. Et maintenant…
Le froid glacial de l’endroit tombe sur le cœur d’Albius. Il resserre les pans de son manteau sur sa tunique rapiécée, remonte sa capuche sur ses courts cheveux noirs, précocement nuancés d’une mèche grisée, et se dirige vers le cadavre. Mais des prunelles d’or surgissent brusquement de l’obscurité, faisant aussitôt s’éparpiller les rats. Albius retient son souffle, les prunelles obliquent, il aperçoit subrepticement une robe couleur brune au ras du sol avant de percevoir un couinement aigu. Une belette en chasse… Il n’attend pas, se précipite au-dessus de la dépouille de l’homme, dégage son visage du bout de sa chaussure de cuir. Le bas de sa face a disparu, des lambeaux de chair ont été arrachés, mais les furoncles qui pointent sur son front n’ont rien de commun avec son oncle.
L’envie de fuir reprend le jeune homme. Le Thrace l’a pourtant affirmé : après avoir été roué de coups, Vestorius a été jeté là deux nuits plus tôt, nécessairement là, quelque part dans ce boyau putride. Albius jette un œil à sa lanterne, la mèche de la chandelle se consume doucement. Depuis le jour où il a rasé son premier duvet, il vit dans la peur d’un moment pareil à celui-ci. Et sa peur l’a rendu lâche. Lâche comme ces millions d’âmes libres ou serviles qui susurrent « Ne nous abandonne pas ! » à un empire revenu aux origines du monde, quand l’univers entier n’était que chaos.
Albius en atteste Jupiter, il n’en sera plus de même pour lui. Les cinq années qui viennent de passer l’ont tenu au secret, il en a perdu le goût de sa ville et de ses fantaisies. Son aire de vie s’est peu à peu restreinte au seul quartier de l’Aventin où ils logent. Mais même si la pauvreté et la mort sont peu de choses sur cette terre gouvernée par les puissances d’en-haut, il ne fuira plus ; Vestorius ne lui laisse pas le choix.
Les doigts qui serrent le bâton à s’en blanchir les jointures relâchent leur prise, les yeux de cendre prennent un étrange éclat vitreux. Sans un dernier regard au cadavre, Albius s’enfonce plus avant dans les ténèbres.

 

Yéshoua Au nom du Fils

‘Le désert me broie le coeur, je ne sais pas si j’en reviendrai…’

On a toujours parlé et écrit au nom de Jésus.
Pour la première fois, il prend la parole et raconte à la première personne son
histoire d’homme, sa spiritualité, ses doutes au coeur de la Judée sous domination
romaine.
De la conception à la crucifixion, ce roman revisite avec une inspiration étonnante
les événements relatés dans les Evangiles.
Il offre aussi une évocation intime, une appréciation historique des 35 premières
années de la vie de Yéshoua, dans une langue poétique inspirée de l’araméen et
des écrits bibliques.
C’est l’évangile de Jésus-Christ selon Yéshoua qui donne un relief nouveau au message de Jésus et offre
une vision très surprenante des épisodes et des miracles de son ministère.

Chloé Dubreuil se définit comme une ‘spiritualiste athée’.
Yéshoua – Au nom du Fils, son premier roman historique, est le fruit de trois années de travail et de recherches.
En librairie depuis le 20 avril 2012

(suite…)

Le Sourire de l’iguane

«  La vie fait sa difficile ? Et alors ! Les rêves exploitent mes envies de démesure. Lorsque je les tiens serrés contre mon cœur, ils forment des au-delà mort-nés. Mais avant de les autoriser à s’évanouir, il me suffit de vouloir pour qu’ils aient une certaine substance… »
Vouloir. Imaginer. Se construire et se reconstruire.
Les cinq histoires de ce recueil nous dévoilent l’intimité d’une souffrance qui ne s’en laisse pas conter. D’un récit à l’autre, les personnages se retrouvent, faisant de ces nouvelles un roman déguisé.
Danya, l’adolescente beur prisonnière des traditions familiales et qui espère en un avenir théâtral.
Agatha, déchirée entre sa maladie et ses fantaisies océanes.
Lucille qui aspire à s’envoler par-dessus les murs pour voir en la rue un horizon lointain.
L’homme sans nom et sans toit qui veut croire, vestige d’espérance, en un univers moins hostile.
Et le jeune sieur M…, bien décidé à s’identifier au mythe d’Icare, à toucher du bout du cœur un peu des astres et du ciel pour évider sa mémoire, ne plus appartenir au camp des enfants pas sages.
Tous nous rappellent avec pudeur et tendresse que notre humanité est dans la quête incessante du bonheur.
Disponible en librairie et directement sur le site www.dunnoirsibleu.com
où les premières pages du recueil peuvent être feuilletées. (suite…)

Le temps d’Uranie

Lucas Clément, hanté par un drame familial, voit brusquement son passé ressurgir à l’annonce du décès d’un oncle avec lequel, quelques années auparavant, il avait pénétré les arcanes du Magistère alchimique.
La mort étrange de celui-ci, l’héritage que reçoit le jeune homme : un recueil d’estampes du Quattrocento Les Tarots de Mantegna, aussi fascinant qu’unique de par la particularité qu’il recèle en marge de ses images, vont amener le jeune homme à plonger dans les méandres d’une initiation délétère.
En essayant de comprendre pour quelle raison ce livre muet a été dissimulé au dos de la « céleste » Uranie, tableau allégorique de la même époque, c’est tout l’univers humaniste italien qui nous est ainsi dévoilé.

De Paris à Ferrare, de Lyon à Florence, du Vézelay ésotérique à un massif central tellurique, alchimie, magie, franc-maçonnerie s’interpénètrent avec passion par-delà l’espace et le temps pour nous livrer une histoire placée sous le sceau de la quête de soi et de l’amour.

Car dans le Temps d’Uranie, portés par des personnages qui vont aider Lucas dans sa remontée aux sources ou se dresser contre lui, couvent la haine et la peur, l’esprit du beau et l’amitié ; autant de sentiments qui ont parcouru les courants souterrains d’une pensée Renaissance et qui retrouvent dans ce livre une seconde vie. (suite…)

Le Goût des Choses

‘Il était une fois le récit d’un homme ; 42 ans, marié, deux enfants. […] En ce matin du 13 août 2003, très tôt, l’homme est parti de chez lui. […] Avant même de sortir de chez lui, l’homme était ailleurs. Déjà. Séparé déjà des ruines de l’intime. Le roman est ainsi celui de l’errance de cet homme tout au long d’une journée que l’on pressent fatale. L’homme mourra, c’est probable, mais seulement après avoir vécu cette journée plus intensément qu’il n’a jamais vécu : on ne vit que deux fois, la première quand on naît, la second quand on est face à la mort, dit un proverbe chinois. C’est pourquoi ce récit d’une disparition est aussi un hymne à la vie, un hymne discret et pudique au lyrisme contenu –une fugue sur le mode mineur, qui fait souvent les œuvres majeures. (suite…)

Toiles-émoi

Plus de 80 reproductions couleur, dessins et documents inédits composent cette monographie de François-Auguste Ravier préfacée par Christine Boyer-Thiollier, spécialiste de l’artiste. Une monographie qui a la particularité d’abriter au fil de ses pages un roman tout entier dédié à l’œuvre de ce peintre, père de l’Ecole Lyonnaise, impressionniste malgré lui. Se forge au gré des mots la plus folle des passions quand vrille au couchant le soleil voilé au travers des arbres. Entre littérature et peinture, on naît véritablement dans un tableau à quatre mains, l’un et l’autre – le peintre et l’écrivain – se cherchant, se tutoyant, se chevauchant comme s’ils avaient été faits pour s’entendre, rivés depuis toujours au magma d’un même destin sublimé !’ (suite…)

L’Amant- Songe

‘L’amour inspire à tout écrivain, un jour à l’autre, le désir de goûter à ses paradoxes parce qu’il laisse à l’imaginaire une part belle et suave. Son appel imprécis s’inscrit en nous, autour de nous jusqu’à ce qu’il se déclare de manière subite ou entendue par un rendez-vous introductif. (suite…)